19-06-13

En un soupir, et après tant d'années, il referma ce livre qu'il avait tant aimé, tant parcouru. C'était un livre à tirage unique, lui étant seul destiné, même s'il aimait le confier aux rares visiteurs qui lui portaient quelque intérêt. Il commençait, comme tout livre, par des mots puis, petit à petit, des images s'intercalaient, des bribes de musique aussi, quand on tournait les pages. Puis il n'y eut plus de mots, plus d'images, plus de sons. Juste quelques pages vierges, racornies, désabusées.

Il rangea son livre dans un de ses cartons et décida désormais de s'adonner, misanthropiquement, à la pâte à sel.